Tous debouts

Obnubilés par nos, néanmoins primordiales, mais petites affaires internes, on en oublierait presque de faire un simple petit état des lieux des relations dans lesquelles s'engage le parti majoritaire français. Très courtois, son dirigeant n'hésite pas à visiter ses partenaires européens pour leur exposer sa vision de l'UE et à les inciter à participer à l'élaboration d'un programme à l'échelle de la communauté.

Ne faisant pas les choses à moitié, le premier secrétaire a commencé sa tournée en Allemagne ; à Munich le 4 et 5 février pour une réunion informelle sur la sécurité puis à Berlin le 16 pour un tête à tête avec sa nouvelle copine. Une quinzaine de jours plus tard, le week-end du 3 mars, les grandes personnalités de la péninsule ibérique étaient à sa table pour évoquer certaines mesures indispensables à l'épanouissement de nos enfants.

Tous désireux de renouveler encore ces soirées à l'ambiance électrique, la réunion du Parti Populaire européen à Rome, le 30 mars, était l'occasion d'assurer ses positions, d'affirmer ses préoccupations et de consolider les convergences d'opinion. Berlusconi voulant bien faire, très content de recevoir tous ses amis, en profitait pour agrémenter ce séjour de différentes activités avec notamment, clou du spectacle, la rencontre avec l'invité surprise.

Invité qui, comme ses convives, promulgue le modernisme et la rupture pour un monde plus solidaire ; quitte à s'adosser des associations de pénitents.