ICANN

La période estivale est propice au passage de lois ou de décisions importantes La mobilisation étant beaucoup plus axée sur le service au restaurant et la façon de conduire de ces voitures immatriculées 75 que sur la problématique des noms de domaines.

Mi-août l'Internet corporation for assigned names and numbers voyait son rôle technique renouvelé jusqu'un 2011. Ses responsabilités sont entre autres la supervision du système des noms de domaine (DNS) et particulièrement les génériques (gTLD :".com", ".org", ".net", etc) et les géographiques (ccTLD : ".fr", ".it", ".uk", etc.). Sans attendre la date d'expiration du précédent contrat, ni le renouvellement de celui-ci d'ailleurs, l'association mettait en ligne une première proposition le 27 juin 2006 qui sera discutée lors d'une réunion le 13 septembre.

Toujours dans l'optique de privatiser au maximum internet, Vinton cerf et ses amis prévoient de libéraliser la politique de prix des noms de domaine en appliquant des tarifs variables selon leur nature. Jusqu'ici les prix étaient fixes.

Le plus malheureux dans cette histoire est que l'affaire ne semble pas ébranler les usagers de la toile, alors qu'un "web evangelist" qui pratique le break dance est beaucoup plus atypique qu'une famille qui se nourrit de rice crispies et de barquettes LU au petit déjeuné.

Par nécessité, je me permets de lister les billets des personnes qui ont jusqu'ici suivies ce sujet brûlant :
Noms de domaines : l'ICANN, encore une fois, s'apprête à tout "foutre en l'air"
Les noms de domaine à la carte, bientôt une réalité ?
Des prix variables pour les noms de domaine.
Noms de domaine : vers un tarif à la carte ?