Requiem pour la DLL

Qui prendra en charge ces missions ou d’autres ? Le partage des lambeaux de la DLL à l’intérieur du ministère de la culture nouvelle formule ne constitue pas un réel enjeu. Par contre il est possible que la disparition de la DLL signe le passage à une véritable décentralisation. Si les collectivités locales ne sont plus incitées à proposer une définition des politiques en faveur du livre, peut-être pourront-elles mettre à profit leur « proximité » pour s’intéresser aux lecteurs concitoyens ? Cela supposera une décentralisation des esprits de ceux en charge de définir ou de mettre en œuvre ces politiques. Là réside sans doute la clé de l’après-DLL.

Lire Requiem pour la DLL.