De l’illettrisme à l’illectronisme

Le spleen des intégrateurs web s'exprime sur la toile. Souvent relayés au simple rôle d'exécutants, il faut désormais admettre que leurs connaissances touchent à bien plus de domaines que la simple écriture de fichiers HTML et CSS : La vie des intégrateurs Chapitre I : Les intégrateurs sont-ils des développeurs ou des webdesigners ?

Les intégrateurs ce qui les intéressent généralement n'est pas le développement, mais plutôt les utilisateurs. L'intégrateur, c'est pas vraiment un développeur, son problème n'est pas que son code marche mais plutôt que les informations affichées soient lisibles ; lisibles par des humains, des moteurs... sous tous les types de support.

Dommage que l'on associe le mot "accessibilité" avec "personnes en situation de handicap" ; on aurait appelé ça "interfaçage pour la lisibilité des données quelque soit le support et le type d'utilisateur", on comprendrait peut-être un peu plus le travail difficile et complexe de l'intégrateur.

Quand la 2ème Rencontre européenne de la presse sociale (jeudi 16 octobre 2008 de 9 h 00 à 17 h) parle de illectronisme, elle parle de lecture de données sur une interface web, elle parle donc d'accessibilité.

L’illectronisme entraîne déjà l’exclusion de nombreux publics ? Il faudrait mutualiser les bonnes pratiques et engager des actions précises contre l’illettrisme ? Commençons par considérer les intégrateurs web, les consulter pour la réflexion sur ces problématiques, peut-être que les choses commencerons à bouger.