Luc Besson et les téléchargements

Luc intervient sur Canal +, parle de la crise de cinéma et tout le web lui tombe sur le dos. A la veille du vote au parlement de la loi Vivendi Hadopi, ces quelques phrases de Luc n'ont elles pas fonction à mobiliser l'opinion ?

Un film gratuit c’est un film mort ! Sans recettes il est impossible de lever les budgets pour développer les meilleurs projets et convaincre les investisseurs ! Je veux bien que le prix d’une place de cinéma soit chère mais ce n’est pas une raison pour voler une oeuvre ! On ne vole pas les tableaux au Louvres, il me semble ! Je le dis comme je l’ai dit sur canal+ Samedi lors de mon interview chez Mlle Roulier : La France est le premier pays pirate au monde devant la Chine et les Etats-Unis ! C’est comme le développement durable cette affaire c’est aux gens d’en prendre conscience et d’arrêter de changer leurs habitudes s'ils veulent voir durer le cinéma !

La consultation du site du figaro peut donner une idée de la position que le gouvernement veut véhiculer : Piratage : Besson et Lefebvre haussent le ton.

Une attitude provocatrice qui devrait convaincre les députés de ne pas baisser la garde au moment du vote de la riposte graduée devant sanctionner les pirates impénitents du net.

Afin de se faire une idée de la réalité économique de la consommation de produits culturels dématérialisés, il est nécessaire de lire les articles d'auteurs démontrant le ridicule du discours de Luc Besson.

Pourquoi l'offre ne s'adapte-t-elle pas à la demande et à la technique ? Le DVD est une technologie vieille de 14 ans, l'époque des modems 56k. Le piratage, cher Luc, ce sont surtout des millions de particuliers qui occupent un terrain déserté par l'offre légale.