Décroissance et détravail

La réflexion à propos de la gestion d'équipe me pousse à essayer de définir quels sont les objectifs à proposer aux intervenants pour les intéresser à leur travail.

Si la motivation de chacun (et du groupe) peut être considérée comme le lubrifiant d'un projet, il faut être capable de proposer une vision à plusieurs termes.

L'idée de croissance est vue comme un facteur d'épanouissement personnel dans les entreprises, seulement celui-ci ne se révèle pertinent que sur le court terme et représente un frein pour un développement sur le long terme.

Le mouvement de décroissance propose des pistes pour évaluer les raisons de la démotivation généralisée que je constate au quotidien.

Vincent Cheynet énumère les maux de notre mal être :

  • l'obsession de la productivité
  • l'obsession de la performance
  • l'obsession de l'évaluation
  • l'obsession du paraître
  • l'obsession de la possession

Fixer une évolution raisonnable pour chacun de ces points en considérant la notion de groupe et d'équipe doit permettre de créer un climat pour une communication efficace.

La richesse d'une entreprise ne peut pas être évaluée sur ses seuls actifs financiers. Le métier, les processus internes, le produit (...) sont autant de possibilités de valorisation.

Lire "Décroissance et détravail", posologies à la crise?.