Des éditeurs européens veulent une loi pour controler l'accès en ligne

Chez Ars Technica, un article évoque l'initiative de certains éditeurs européens pour enrayer la baisse de leurs revenus :
European publishers want a law to control online news access
. Des éditeurs Allemand viennent de signer d'ailleurs une déclaration à Hambourg.

Les principaux éditeurs de journaux allemands réclament une protection légale contre le piratage sur internet. « Il ne peut y avoir de zone de non-droit sur internet », écrivent les éditeurs dans une résolution adoptée le 8 juin à Hambourg. Les signataires - les maisons d’édition Axel Springer AG, Bauer Media Group, Ganske Verlasgruppe, Gruner + Jahr, Spiegel Verlag et Zeit Verlag- réclament des législateurs et des gouvernements, en Allemagne et dans le monde, une meilleure protection de la propriété intellectuelle.

A cette occasion, les participants ont remis le projet ACP sur le tapis. Le projet ACAP a comme objectif d’établir une norme qui permette aux éditeurs de fixer des règles d’usage du contenu de leurs publications par les moteurs de recherche.

Vivian Reding, la commissaire Européenne pour les Télécom et les Média, est intervenu le 9 juillet dernier à ce propos.

Aujourd’hui, les détenteurs de droits et les services en ligne doivent investir beaucoup trop de temps et d’argent sur la gestion de ces droits, plutôt que d’investir de l’argent à améliorer l’attractivité de leurs services et les consommateurs ne peuvent souvent pas accéder aux contenus quand ceux ci sont hébergés dans un autre état de l’Union. Pour arriver à un marché unique de 27 états membres, des économies d’échelles et des solutions attractives pour les consommateurs requièrent un cadre législatif plus simple et moins fragmenté que ce dont nous disposons aujourd’hui.

Nous avons connu un problème similaire quand la télévision commerciale par satellite a débuté il y a 30 ans. L’acquittement des droit à travers les frontières est devenu de plus en plus complexe, l’Europe a mis au point la directive Câble et Satellite et à introduit un système simple pour s’acquitter des droits à travers toute l’Europe. Je crois qu’il est temps de développer une solution similaire pour le monde des contenus en ligne.”