Faut il jeter Jean-Paul du marketing aux orties ?

J'aime bien Bertrand Duperrin. Je crois que je devrais le citer plus souvent dans mes conversations.

+ Tu sais Bertrand Duperrin, le dit lui même, le marketing à la Jean-Paul ça sert à rien, c'est comme powerpoint, il faut le brûler

* Tu y vas fort, la relation client est primordiale pour une entreprise. Le marketing a en charge l'image de la société, l'image de marque...

+ Bien sûr, une entreprise doit travailler la perception qu'ont d'elle les clients, on sait que la confiance produit provoque l'acte d'achat, mais tout de même (là je place un petit paragraphe appri par coeur) ; les clients...

...se forgent eux même leur opinion sur un produit, se conseillent les uns et autres, partagent leurs retours d’expérience positifs et négatifs et vont même jusqu’à proposer des idées d’amélioration ou de produits nouveaux. Conséquence : certains parlent des produits en bien, des communautés de clients convaincus et passionnés se forment, mais l’inverse est également vrai.

* Tu veux dire que les clients ont désormais une démarche de comparaison produit et ne se fient plus seulement au discours d'un vendeur dans un magasin. Mais tout de même, une personne doit bien définir la manière dont un produit doit évoluer en fonction des commentaires des consommateurs.

+ Tout à fait, mais Bertrand Duperrin le dit lui même...

...la vérité est que le marketing ne contrôle plus ce qui se dit. Pire, il n’est même plus écouté. Il faut jeter tous les Jean-Paul aux orties. Le marketing gagnerait à être repensé à l’aûne d’une chaine de valeur cohérente avec notre époque et davantage impliqué dans les processus d’innovation (et de sourcing des idées) qui se poseraient définitivement comme le carburant des entreprises pour les années à venir. Le passage d’une logique de push localisée à du pull globalisé ?

chaîne de valeur 2.0

* Effectivement, je préfère ça, le marketing qui doit être repensé, plutôt que jeté dans les abysses. Il a vraiment parlé de Jean-Paul ?