Les risques des médias sociaux par André Mondoux

Les réseaux sociaux s'imposent aujourd'hui, mais comment est considéré l'individu dans ce type de système de communication ?

Dans sa présentation, André Mondoux tente de démontrer la prédominance du «Je» et donc de l’«Ego» sur la plateforme sociale Facebook. La notion d’amitié perd de plus en plus de sa valeur, cela devient une nouvelle forme de travail car on produit de l’amitié en comptant ses amis sur Facebook. L’homme perd donc sa place dans le monde. André évoque aussi la notion de vie privée et vie publique. Dans la nouvelle charte de Facebook, il est clairement stipulé que nos données personnelles sont accessibles au gouvernement, de quoi susciter la méfiance et la prudence.

</embed>

Dangereux ou pas, les réseaux sociaux vont s'imposer comme un moyen de capitaliser la communcation au sein d'un groupe. On peut penser que les prochaines générations passeront du message électronique (e-mail) pour indiquer leur activité, à des outils de mise à jour de statuts.

Pourtant, quand on regarde les statistiques de fréquentation de certains réseaux sociaux grand public (Les réseaux sociaux et Facebook : grandeur et décadence ), on remarque que les visites se reportent majoritairement vers FaceBook.

Si on peut croire en l'avenir de la communication électronique, il faut néanmoins se méfier de monopoles de certaines entreprises. La diversité est un gage de santé d'un système. La jeunesse doit donc être ouverte à ces problématiques de préservation des libertés ; à travers la présence sur des réseaux sociaux ou pas.

Lire Interview du sociologue André Mondoux sur les risques des médias sociaux.