Pour mes 5 ans de blog, on parle de moi et de vous

Le 14 mai 2010 est une date anniversaire. Oui, c'est les 400 ans de l'assassinat du premier bourbon sur le trône de France, Henri IV, par Ravaillac. Mais je ne pensais pas à ça. Commémoration de la création du territoire de Belfort après la glorieuse résistance de Denfert-Rochereau ? C'est les 5 ans de ce blog ; pas un pour suivre ; parfois que je me demande pourquoi avoir créé cet espace.

D'ailleurs, pourquoi avoir mis en ligne ce blog ? 5 ans auparavant, le chômage torturait mes journées, je rêvais de la notoriété d'un Sébastien Billard ou d'un Jean Véronis (que d'ambition). J'avais entrevu la puissance de l'identité numérique ; il fallait que je paufine mon image.

Alors je me suis lancé dans les lignes de codes et la lecture de documentations en ligne afin de posséder suffisamment de compétences pour mettre en ligne un site sans l'aide de personne. Je voulais partager une partie des connaissances que j'analysais chaque jour sur la toile.

En réalité, la technique et l'informatique m'intéresse peu, ce qui m'intéresse le plus est d'avoir un espace de travail et des outils de communication optimisés pour recueillir et transmettre de l'information.

Pour cela, il faut impérativement suivre les évolutions informatiques sous peine de devenir un mec de l'avant-dernière mise-à-jour. Ainsi, au bout de cinq années, vous êtes capable de synchroniser vos profils navigateurs à partir de données stockées sur le "Cloud", d'expliquer que Steeve Jobs s'est fait piquer le concept de Raël par Claude Vorilhon ; malgré vous, malgré vos efforts pour porter des T-shirts presque pas sales, vous êtes devenu un gros geek.

En 2010, j'ai un blog bien référencé et on m'envoie pleins de mails pour des échanges de référencements, parfois on m'écrit des commentaires pour dire que j'ai trop raison et, même, on me tweet pour signifier que la façon dont je pense, elle est trop "in".

Ce qu'il y a de bien, c'est que c'est comme pour les journalistes (avec des cartes presse et tout), parfois on a pas vraiment besoin de penser pour être reconnu. On recycle les pensées des autres, sans citer ses sources. Mais moi je suis trop con, je cite mes sources dans 98% des cas.

En 2010, je veille toujours, je blogue toujours. Je pense qu'un article bien rédigé dans un domaine peu traité trouvera toujours quelques lecteurs en quête d'informations. Quel autre format pour dire ce qu'on pense de manière décomplexée en rentrant un peu dans les détails.

On sait que le format court rencontre souvent plus de succès qu'un format plus travaillé. Se prouver qu'il existe, pour un homme, c'est lutter contre cette lourde gravité qui tend à le transformer en larve informe. Le blog restera un moyen d'éclairer les pensées vagabondes.

En 2015, je l'espère, je bloguerai, je ne sais pas comment, mais je bloguerai. A ce propos, j'ai décidé de baisser la fréquence d'édition des billets. Un par jour commence à me fatiguer, l'obligation de rédaction me prend une bonne part de mes heures pour finalement mettre en ligne des informations pas forcément fondamentales.

Je vais prendre une pause durant quelques mois (été oblige), la fréquence des billets va devenir incertaine. J'aimerai avoir le temps de revenir à des billets plus réfléchis.

Ainsi, pour les lecteurs qui suivent ce blog et qui sont parfois déçus que je m'attarde sur des sujets de moindre importance et qui préféreraient que je continue de pousser sur d'autres domaines ; je leur propose de laisser un commentaire pour indiquer leurs préférences.

Je ne passe pas par un sondage dans lequel j'aurai décidé à l'avance des sujets, le commentaire vous permet de justifier vos envies (ou non). Si l'envie vous en dit, je vous propose de m'aider à rénover ma ligne éditoriale.