Narvic, Intox 2007, SuperNo pour un aperçu de 2011

Les avis de ces trois personnages de la fameuse blogosphère ne sont pas des plus optimistes, pourtant ils donnent des armes et des arguments pour continuer de croire.

La réalité de notre économie

A force de compresser sans cesse le travail, les stocks, le temps, les programmes sociaux, la précarité frappe à notre porte : 15 millions dans la mouise.

la mouise c'est ça: être dans le rouge pour 50 ou 100 euros et ensuite voir son compte plonger un peu plus à cause des frais bancaire... 15 millions le nombre d'adultes, soit 1/3, sont concernés.

La réalité Internet

Narvic présente une vision noire de la période 1995-2010 qui a vu l'évolution phénoménale d'Internet et du web. Chevauchement de la fin de la parenthèse Guthenberg et de la préhistoire du web. Les médias de masse, au service de la hiérarchie dominante, auraient gagné la partie : Une autre histoire de l’internet, à la veille des temps difficiles….

Il s’est ouvert, un moment, sur internet, une sorte de parenthèse enchantée. Elle est aujourd’hui, déjà, quasiment refermée. Si internet m’a donné un moment le sentiment, et l’espoir, d’échapper au « temps des médias » de masse, c’est que ces derniers n’étaient tout simplement pas encore arrivés dans la place. Ils l’ont pleinement investie désormais, et loin d’apporter un remède à cette mal-info qui gangrène la démocratie, internet contribue au contraire à en accentuer tous les défauts.

La réalité autoritaire

Non seulement les médias de masse ont pris le contrôle de la toile, mais les forces de l'ordre la surveille. Une étude sociologique de la gendarmerie à propos des rassemblements prend en compte le potentiel des réseaux sociaux : Prospective de la répression, vue par un sociologue de la gendarmerie.

Des fédérations numérique d’un nouveau genre pourraient voir le jour et transcender les frontières entre le virtuel et le réel pour amener dans l’espace public des "nouveaux rassemblements de personnes".

Tout cela implique, "un passage progressif du maintien de l’ordre au contrôle des foules". On passe d’un mode d’action défensif à un mode d’action préventif .

La réalité du pouvoir

On procède à des élections parmi un panel restreint de personnes : Nos élus ne sont pas comme nous. Et si on les tirait au sort ?.

Juste pour rire, sur mettons 40 millions d’électeurs, il y a en France 200 000 médecins et 50 000 avocats. Respectivement 0,5 et 0,125 %. Pour que l’assemblée reflète l’électorat, il devrait donc y avoir environ 3 médecins et moins d’un avocat. Les médecins sont donc 13 fois plus représentés que la moyenne, les avocats 51 fois !

Une étude a montré que procéder à des promotions managériales au hasard présentait des résultats identiques voire supérieurs à ceux réalisés de manière réfléchies. Alors pourquoi pas.