Le contenu orbital, votre constellation de contenu

Bref résumé et traduction d'un article de Cameron Koczon de chez Fictive Kin (Brooklyn).

Le contenu perçu aujourd'hui :

Le contenu est principalement situé sur des sites disséminés sur le web. Un temps important est passé à le rechercher, le mettre en favori, l'enregistrer, le tweeter…

Dans ce système, le contenu est au centre et les utilisateurs gravitent autour des sites. Pour répondre aux nouveaux terminaux, les interfaces de visualisation proposent de nouvelles méthodes comme celle du responsive design (réorganisation du contenu en fonction de la taille de l'écran). Il s'agit d'une flexibilité au niveau macro, mais elle est aussi possible au niveau micro (du contenu).

Les éditeurs savent manipuler les contenus depuis plus de dix ans. Les flux RSS permettent d'échanger du contenu facilement. Des services comme Instapaper permettent de faire ce qu'on appelle de la passation de contenu (content shifting).

La passation de contenu</h3<</p>

Le concept consiste à pouvoir prendre du contenu à un endroit pour le rendre disponible ailleurs.

Mais la passation de contenu ne suffit pas à elle même, elle est dépendante de la possibilité de récupérer ce même contenu pour le passer, on pourrait appeler cela la libération de contenu.

La libération de contenu

On peut distinguer deux parties dans la libération de contenu :

  • La distillation : le principe de copier un article, un tweet…
  • L'association : coller ce contenu dans un répertoire ou espace

Le résultat est une copie conforme du contenu original. Si le contenu original est modifié, le contenu copié n'est pas affecté.

La collection de contenu

La collection de contenu est caractérisée par ce qu'on appelle le type de contenu. Un utilisateur peut constituer une collection de produits qu'il adore, comme avec Svpply.

La contrôle de contenu

Dans instapaper, vous ne contrôlez pas vraiment le contenu. Si vous désirez imprimer le contenu de votre collection à l'aide d'un service tiers. Il est nécessaire de demander la permission à Instapaper. L'API de ce service n'est pas conforme à vos attentes.

Toutes ces transformations ont néanmoins amenés l'utilisateur à devenir le centre de gravité autour duquel le contenu gravite.

Ce contenu orbital possède deux caractéristiques :

  • Libération : le contenu a soit été crée par l'utilisateur, soit recueillit par l'utilisateur.
  • Ouverture : Le contenu étant collecté par l'utilisateur, ce même utilisateur le contrôle. Ainsi lorsqu'un service veut vous proposer ses atouts, il doit passer par votre API.

Vous collectez des données et des services vous proposent de les exploiter.

Une API de vous

Dans une modèle commercial traditionnel, les consommateurs payent avec des dollars. Si vous aimez, vous payez. En ce qui concerne le contenu orbital, les utilisateurs votent pour leur contenu.

Si une application offre quelque chose d'intéressant, ils vont proposer ce contenu. La diffusion de ce contenu est validée par l'utilisateur ; étant en orbite autour de lui, il est le seul à pouvoir valider sa diffusion et pas le service en question.

Cela pourrait être quelques chose de très innovant de passer dans un mode ou l'utilisateur pourrait être placer au centre. Cela pourrait inciter les services à innover pour garder l'accès aux collections de chacun.

La propriété du contenu

Et oui, mais à qui appartient le contenu ? Facile de copier le contenu des autres et le vendre. Mais on pourrait imaginer reverser une certaine somme au créateur par nombre de partage. Mais quelque soit le modèle, ce n'est pas la copie le coeur du problème mais bien la compensation.

Il serait, dans ce système, intéressant de chercher un moyen de compensation viable.

L'attribution et la monétisation du contenu

L'attribution représente les métadonnées du l'auteur associées au contenu. Actuellement pour des sites comme ffffound ou tumblr, on remarque qu'il est très difficile de retrouver l'auteur original d'un contenu. L'auteur ne peut jamais recevoir de contribution.

Traditionnellement les auteurs s'attachent à la fréquentation de leur site, pour valoriser leur monétisation. Avec le contenu orbital, on ne perd pas les données sur les auteurs du contenu ; à la manière des publicités dans les flux RSS.

Par exemple, imaginons des jeunes auteurs ayant créés une animation, un gif par exemple. Imaginons que ce gif fasse le tour du monde. Avec le contenu orbital, les auteurs pourraient prévenir leurs lecteurs de la création de nouveaux contenus ou de la création de t-shirts associés.

En conclusion

La libération de contenu, le content orbital, et l'attribution permettrait la création de nouveaux types d'applications. Elles se situeraient par dessus vos contenus et vos intérêt en lieu et place de votre graphe social.

Lire Orbital Content