La culture de la conception web, la transparence

Article plutôt dense de Jeff Gothelf pour Smashing Magazine à propos de la culture de l'expérience utilisateur : How To Build An Agile UX Team: The Culture.

En cette période d'évangélisme chevronnée, la mode du mobile/content first fait rage. Cependant, placer le contenu comme préalable à la conception, à la discussion avec un client n'est pas chose facile.

Dans les agences encore attachées à la vente de papier, il importe de pourvoir montrer à un client qu'on peut tout lui faire et qu'il ne sera pas déçu.

Pour palier ce travers, on voit apparaitre le principe de renoncement. Une sorte de réflexion sur soi-même (sur un site web en réalité) pour abandonner les fonctionnalités qui nous tenaient à cœur mais qui ne sont malheureusement pas du tout utilisées. Une grande période d'auto-flagellation numérique.

Si cette période de remise en cause peut être longue, vous allez voir que les suivantes ne vont pas couler de source. Si on se réfère à Jeff, il le met en gras : la clef de la réussite est la transparence.

Key to this promotion is transparency. Let the team into the designer’s world. Let them see what they do and how they do it, and let them experience the benefits that come from doing UX and design work. When all members of a cross-functional team can articulate the benefits of design activities such as,

  • speaking with customers,
  • understanding the business and competitive landscapes,
  • constructing the information hierarchy,
  • assessing visual communication,

On a une équipe, on a des clients/usagers, et l'équipe connait tout du projet, voire discute avec le client pour définir son besoin.

Soit, mais la transparence ne se décrète pas, elle s'assume. Elle doit faire partie du fonctionnement globale de l'entreprise (salaires, avantages, horaires...) ; comment avoir de la transparence dans les projets si les informations ne sont pas diffusées ?