Pourquoi l'intégrateur doit devenir concepteur ?

Je vais m'intéresser au schéma classique de l'organisation que beaucoup connaisse mais qui ne constitue pas le seul et unique modèle. Je vais tenter de démontrer que le principe de séparation des métiers par pôle avec des chefs de projets (non technique) au milieu ne peut pas fonctionner (dans un cadre d'évolutions techniques permanentes).

Le principe d'organisation

Dans une agence, voire dans beaucoup de sociétés françaises, on ne sait pas trop comment organiser les projets. Alors quand on est submergé et qu'on n'a pas envie de gérer le quotidien, on engage une personne pour gérer tous les à côtés ; selon moi, une sorte de super secrétaire de luxe mais en plus cher (je ne me moque pas je l'ai fait et c'est horrible).

Avec son poste de gestionnaire des "projets", le chef de projet se trouve confronter aux pôles techniques avec lesquels il a du mal à discuter. Son rôle est de suivre l'évolution du projet (budget et planning) tout en faisant l'interface avec un client ; pour cela on lui donne le pouvoir d'arbitrer. Son manque de connaissance du métier dans lequel il travaille fait qu'il oublie de noter des choses, n'anticipe pas suffisamment, ne rend pas compréhensible sa demande, devient contradictoire...

Au final, les produits livrés sont d'une qualité insuffisante, arrivent dans des délais non conformes, les projets ne sont pas rentables ; On tente de comprendre pourquoi le système ne fonctionne pas.

L'analyse des déficiences du système

Suite à de grandes réunions, entretiens (...), les managers arrivent à deux conclusions :

  1. Les chefs de projets ne connaissent pas suffisamment la technique
  2. Les pôles techniques ne sont pas assez impliqués en amont

La solution appliquée

Comme les chefs de projets ne peuvent pas devenir technicien et que les chef de projets techniques sont chers, on choisit d'appliquer la deuxième option. Hors, la deuxième option ne peut pas marcher à cause de la première.

En effet, dans une organisation par pôle technique, chaque pôle est défini par une expertise technique que justement ne possède pas le pôle des chefs de projets. Dans le cas où on demande d'impliquer les pôles techniques plus en amont, le chef de projets se retrouve dans une situation où il n'a plus de légitimité car les pôles experts deviennent plus compétents que lui pour prendre les décisions.

Si le chef de projets veut, de manière naturelle, conserver de l'importance, il devra s'arranger pour ne pas intégrer les pôles techniques trop en amont. D'autant plus que quand on est chef de projets, on est chef.

Dans une agence web, alors même que tout le monde peut être d'accord sur le fait qu'un intégrateur ne peut pas gérer des principes d'accessibilité et de qualité s'il n'est pas sollicité en amont, on ne fera pas appel à ce même intégrateur car il va ralentir la conception de projet avec ses processus et rentrer de ce fait en confrontation direct avec les besoins du chef de projets.

On arrive donc toujours à la même conclusion, les chefs de projets sont incompétents dans leur domaine technique. Comme ils n'ont pas de statut d'autorité qui les légitimise, ils n'appliqueront pas la solution 2, pour ne pas perdre la face.

Les points d'achoppement en agence web

Pour en avoir été témoin de la situation, se met en place une guerre de tranchée très dure entre les chefs de projets et les intégrateurs. Elle est entretenue par deux oppositions

  1. Les chefs de projets n'informent pas suffisamment les intégrateurs en amont / les intégrateurs sont réfractaires à exécuter les tâches
  2. Les chefs de projets ne progressent pas techniquement, alors que les intégrateurs le font constamment / les intégrateurs demandent aux chefs de projets d'avoir des connaissances dans un périmètre qui n'est pas le leur

Les systèmes d'opposition font rarement avancer les choses. Pour moi le système n'est pas bon. Pour des raisons très simples :

  1. Les entreprises ont des domaines de compétences, des métiers ; il est normal de maîtriser le métier de l'entreprise dans laquelle on travaille pour la faire fonctionner ; ce n'est pas le cas des chefs de projets
  2. On confond souvent expertise et compétence ; pas besoin d'être expert comptable pour gérer un budget, pas besoin d'être chargé d'opération pour gérer un planning, pas besoin d'être chef de projets pour discuter avec un client

Le système qui marche

Le problème réel du système d'opposition est qu'alors que l'évolution naturelle de l'intégrateur est d'améliorer ses compétences en conception, de devenir responsable interface (voir l'explosion des offres d'embauche des concepteurs UX aux US), le chef de projets, pour conserver son statut, va bloquer la monté en compétence de l'intégrateur.

Pour moi, il est évident que la personne qui connait le mieux les principes de réalisation dans un domaine est le plus a même de pouvoir les concevoir (les interfaces dans notre cas). Hors ce n'est pas ce qu'on met en place dans certaines agences et c'est pour cette raison que la qualité reste moyenne.

Je pense qu'il est indispensable de passer à plus de transparence et donner plus de responsabilités à des équipes projets. Relire des articles comme La culture de la conception web, la transparence ou Trois règles de management piochées chez Favi.