Le cerveau - construire un modèle

Les dernières études concernant le cerveau amènent beaucoup de réflexions sur les relations humaines. Comment sont analysées les informations ? Comment s'établissent les relation sociales ? On ne découvre rien mais on arrive à mieux comprendre, par la science.

Les 3 cerveaux

Pour schématiser le théorie des 3 cerveaux, on pourrait dire que l'humain possède différentes manières d'interagir avec ses semblables. Les 3 cerveaux :

  • Le cerveaux A : Logique
  • Le cerveaux B : Affectif
  • Le cerveaux C : Mimétique

Le premier cerveau est froid, mathématique, il calcule ; il s'agit du cerveau qui est valorisé lors de vos études par les examens. Le deuxième permet de ressentir des émotions, c'est ce qu'on appelle l'affect ; il permet d'avoir de l'empathie et de contrebalancer la logique pure.

Pour le troisième cerveau, c'est un peu plus difficile à expliquer, mais il s'agirait de la capacité à s'identifier à un semblable. Ce cerveau aurait un principe mimétique qui nous mettrait en relation "miroir" avec les autres et nous permettrait de s'identifier à eux.

Les états de l'identification

De la même manière, la nature de l'identification avec une autre personne peut-être déclinée de 3 manières :

  • Le modèle : celui de qui on apprend
  • Le rival : celui qu'on veut dépasser
  • L'obstacle : celui qu'on doit éliminer

Pour illustrer cela, on pourrait citer des centaines d'exemples en s'inspirant des comportement des enfants qui parfois désirent certaines choses et pour cela sont prêts à se comporter de façon quelque peu "sauvage".

Le principe mimétique dans notre société

La publicité a pour but de vous faire consommer un produit. Pour cela elle met en place un phénomène de court-circuit. En montrant des personnes avec de grands sourires, heureux, au volant d'un belle voiture, elle vous fait désirer cette voiture.

Globalement, la publicité construit un monde dans lequel la possession mimétique est sensée vous donner de l'importance sociale en ressemblant le plus possible à vos semblables.

Le problème c'est que le capitalisme pulsionnel court-circuite la notion de modèle (l'éducation, l'esprit, la politesse, le travail...) pour ne laisser place qu'à la rivalité et à l'élimination.

Exit l'élévation spirituelle.

Dépasser le modèle capitaliste libéral

Les "soit libre", "soit toi-même", "profite"… invitent les humains à casser des interdits de groupes pour mettre en avant son propre profit. Ils créent l'individualisme et le chacun pour soi.

Le monde de la liberté de commerce à outrance, qui pense que l'intérêt général est fait de la somme des intérêts personnels, valorise l'individu et dévalorise le commun.

Or, ce n'est pas par la défense de son intérêt personnel, la recherche du toujours plus, que l'homme se révèle mais par la mise en place de modèles individuels et collectifs qui font autorités.

Pour que ces modèles fonctionnent, ils faut que les personnes du groupe y adhèrent et cela passe par la discussion et le travail en commun.

Ne travaillez jamais seul et expérimentez

C'est ainsi que fonctionne le cerveau humain. Pour se révélez et y trouver son compte, l'homme ne peut pas travaillez seul, il a besoin d'échanger en continue de visu avec d'autres personnes. Ses collaborateurs doivent à la fois le conforter dans ses actions (modèle) mais aussi le mettre en danger (rival) pour l'amener passer certains caps.

Mais pour que ça marche, je pense qu'il faut que les espaces et les conditions de travail soient adaptés. Il est nécessaire de réserver des espaces d'élaboration à plusieurs et de privilégier l'autonomie d'action pour se remettre en cause continuellement.

Les espaces trop coercitifs, trop dirigistes et complexes ne permettent pas le bonheur au travail. L'émergence de SCOP dans le monde du web sont effectivement une réponse à cela.

Alors quittez vos emplois de bureau dans des structures sans saveurs et libérez l'humain qui est en vous.