Le cerveau - le principe de motivation

La motivation pas l'argent fonctionne, mais ne fonctionnent que pour des tâches exécutives, simples. Dès qu'il est nécessaire de fournir le moindre effort cognitif, le rapport est inverse.

La demande en énergie

Que vous en doutiez ou pas, il faut savoir que le phénomène de lien entre la motivation et l'argent a été testé sous toutes les coutures et présente des résultats plus remis en cause.

Comment ça marche ? Tout simplement, la boîte crânienne enferme des neurones qui ont plusieurs types de fonctions.

Confronté à une situation, le cerveau humain analyse les informations pour avoir d'abord une réaction immédiate permettant sa survie. Il s'agit d'opérations logiques, particulièrement celles de la comparaison (à droite ou à gauche). L'opération demande peu d'énergie.

Ensuite l'information arrive à une deuxième cerveau qui lui analyse la situation par rapport à des sentiments, des relations, des souvenirs, des considérations culturelles… Celui-ci demande une grosse puissance processeur et donc beaucoup d'énergie.

Les paramètres de la motivation

Si vous travaillez dans un milieu dont l'activité cognitive est importante ; il est important de savoir ce qui nourrit votre motivation.

Ainsi, il existe 3 paramètres principaux :

  • La maîtrise :: l'envie d'apprendre
  • L'autonomie :: le besoin de reconnaissance et d'initiative
  • La raison d'être :: l'intérêt transcendant de ce que vous faites

La stimulation des 3 cerveaux

Je me permets de faire un parallèle avec le précédent billet Le cerveau – construire un modèle, en m'essayant à une correspondance entre les 3 paramètres de la motivation et la stimulation des 3 cerveaux.

Ce qui donne :

  • La maîtrise :: le cerveau A qui gère les actions logiques
  • L'autonomie :: le cerveau B qui gère les relations sociales
  • La raison d'être :: le cerveau C, dit mimétique, qui donne le sentiment d’appartenir à un groupe

Conclusion

Pour vous sentir reconnu, à l'aise, heureux au travail, il serait pertinent de stimuler vos 3 cerveaux. Certes avoir une maîtrise technique est satisfaisant, mais ce n'est pas suffisant. Il est important que le travail s'insère dans une logique globale dont vous êtes l'acteur, mais aussi que ça vous satisfasse personnellement et collectivement.