Hewlett Packard concrétise les recherches de Leon Chua en réalisant le memristor

Ce billet est dédié à tous les électroniciens, ceux qui ont manipulé des schémas composés de résistances, de condensateurs et de bobines (solénoïde).

La société Hewlett Packard vient de mettre au point un quatrième et nouveau composant : le memristor (Memory Resistor). Ce composant aurait une faculté de mémoire par un stockage de la valeur d'un courant.

Le memristor devrait aussi permettre de créer un nouveau type de système de mémoire, qui peut stocker des informations de manière permanente comme la mémoire flash, alors que la DRAM actuelle perd les données stockées dès que le courant est coupé. Avec des memristor en guise de RAM, les PC pourraient alors se passer de l'étape de démarrage (boot), qui charge les informations du disque dur vers la mémoire vive.

Dans le cadre des grands débats qui animent la toile à propos des data centers et du cloud computing, ce nouveau composant oblige à revoir toutes les prévisions sur la consommation en énergie de nos amis les ordinateurs ainsi que les stratégies de développement des grandes sociétés du numérique.

En effet, en guise de rappel, on estime aujourd'hui que l'internet serait consommateur de 1,5 à 2% de l'énergie aux Etats-Unis, on prédit qu'il consommera plus que l'actuel secteur industriel dans une dizaine d'années. Une dépêche de l'AFP, un monde virtuel à la voracité énergétique bien réelle, liste la monstruosité de la consommation de chacune de nos requêtes : L'universitaire de Dresde (Est) Gerhard Fettweis juge qu'à ce rythme, dans moins d'un quart de siècle, l'internet à lui seul consommera autant d'énergie que toute l'humanité aujourd'hui.

Quelques articles à consulter :