Empathie

L’individualiste est une plaie. Car dans un monde d’individualistes, les personnes ne sont pas plus bêtes que dans une autre société, pas plus incohérentes… mais elles réfléchissent dans un univers restreint, une bulle.

Arrêtez d’essayer de pousser les enfants à la réussite

Que pensons nous que nos enfants attendent de nous ? Qu’on s’occupe d’eux ?

Si vous interrogez les parents américains sur ce qu’ils veulent pour leurs enfants, plus de 90 % d’entre eux disent que l’une des principales priorités des enfants est qu’on s’occupent d’eux.

Mais en vérité que pensent-ils de nos volontés ? Nous voulons qu’ils réussissent socialement, qu’ils ne passent pas à côté d‘un parcours universitaire qu’ils pourraient regretter de pas avoir fait (et nous en vouloir).

Mais lorsque vous demandez aux enfants ce que leurs parents veulent pour eux, 81 % disent que leurs parents privilégient la réussite et le bonheur à l’attention.

Cet article d’Adam Grant and Allison Sweet Grant (https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2019/12/stop-trying-to-raise-successful-kids/600751/) nous montre que malgré nos beaux discours nous poussons nos enfants à réussir.

Mais pas seulement, nous les poussons à être individualistes, à ne penser que dans une bulle .

Les psychologues constatent que les enfants nés après 1995 sont tout aussi susceptibles que leurs prédécesseurs de croire que d’autres personnes éprouvant des difficultés devraient être aidées, mais ils se sentent moins responsables personnellement de prendre agir eux-mêmes.

En vérité, nous les mettons dans une situation de faiblesse affective car on ne porte plus attention à l’enfant qui n’est pas encore un adulte. L’enfant fait face à un adulte qui ne le comprend pas et n’a plus de groupe (village) pour trouver d‘autres figures affectives.

Attention profonde

Que dit Maryanne Wolf à propos de la lecture dans 5 questions à Maryanne Wolf

Néanmoins, cela dépend de ce qui se produit entre 0 et 5 ans, lorsque les premières compétences se développent… ou pas !
La capacité de lire dépend à la fois de la manière dont ces compétences se développent chez le jeune enfant et de la manière dont les éducateurs apprennent aux enfants à relier ces processus entre 5 et 10 ans, lorsque nous apprenons à décoder.

Elle dit « de ce qui se produit entre 0 et 5 ans », pas seulement, rien n’est perdu après 5 ans, mais « de ce qui se produit entre 0 et 5 ans » c’est à dire de la confiance accumulée dans la relation avec ses parents.

Ce qui m’inquiète, c’est que les enfants n’apprennent pas à allouer leur attention aux processus de lecture profonde, et qu’ils ne développent donc pas le même niveau de capacités d’analyse critique, voire d’empathie

Le numérique tel qu’il intègre nos vies, nous vole du temps. Il nous vole du temps premièrement dans la relation avec nos enfants, car dans le peu de temps dont nous disposons avec eux parfois chacun et sur son appareil numérique ; mais aussi du temps pour nous concentrer sur des sujets demandant des réflexions longues.

La perte ou la diminution de l’analyse critique et de l’empathie rend les citoyens plus vulnérables à la désinformation, aux fake news ou encore aux fausses promesses démagogues.

Il est admis désormais que le numérique pollue, mais il pollue aussi les têtes des citoyens.

Le sujet n’est pas de contrôler le numérique avec des Intelligences artificielles ou de le supprimer complètement (seuls ceux incapables de se concentrer se limiteront à cette dichotomie). Mais de savoir quelle place nous voulons lui donner et quelle place il a dans la construction de l’imaginaire de nos enfants.

Les réflexions sur l’éco-conception, le numérique responsable,… les économie d’énergie sont, soit vidées de leur objectif initial, soit se transforment en combats partisans.

Regardons nos enfants dans les yeux pour réinterroger ce que nous sommes devenus. Retrouver de l’empathie pour nous même et les autres.